Les  expériences de Danny Hawk:
Carnet de voyages, un journal visuel

To read in English please click here

©Danny Hawk-

Trouver le bon carnet de dessin n’est pas toujours la tâche la plus facile. Il y a beaucoup de questions à se poser, surtout si vous faites beaucoup de dessins urbains comme moi. 

©Danny Hawk-

Les questions à se poser avant de décider d’un support papier

Est-ce que je veux un carnet qui tient bien la peinture? Est-ce que je veux un carnet qui tient dans un petit sac? Est-ce que je veux quelque chose d’assez grand pour faire des dessins panoramiques? Ou est-ce que je veux un carnet de dessins qui permet de faire facilement des dessins en miniature? Ce sont toutes les questions que je prends en considération pour choisir le bon carnet. 

Commençons d’abord par la question de la taille. 
Lorsque j’ai commencé à faire des dessins urbains il y a quelques années, j’ai été tenté de prendre un carnet de dessin grand format (A4) avec moi. Bien que j’aime mettre en valeur mes dessins sur les grands formats, j’ai vite compris que ce n’était pas la meilleure raille pour moi.

©Danny Hawk-

En tant qu’artiste qui se concentre beaucoup sur les détails et fait des dessins relativement complexes – même sur place – j’ai appris que, dans mon cas, moins c’est plus. Au fil du temps, j’ai réduit la taille de mon carnet et maintenant je dessine rarement en plus grand que le format A5. Cela a l’avantage de me permettre de finir des dessins complexes sur place.
Et si je me sens particulièrement motivé ou si j’ai suffisamment de temps, je peux aussi faire une double page, qui dans un carnet de dessin au format A5 devient un A4. 

©Danny Hawk-

La prochaine question à envisager est celle du format (paysage, portrait, carré…) 
Je me focalise beaucoup sur l’architecture, donc pour moi, il est logique d’utiliser des carnets en format portrait.

Ici, j’ai une mise en page particulièrement pratique pour les bâtiments, les tours et les arbres, mais je peux aussi faire un dessins en format paysage si je dessine sur les deux pages d’un carnet de dessins  en style portrait ouvert. J’ai également constaté que le fait d’avoir un carnet en style portrait m’oblige souvent à réfléchir davantage à mon sujet et à l’objet de mon dessins puisque je suis confiné à une seule zone verticale.

En fait, j’ai remarqué que j’expérimente beaucoup plus avec la mise en page et l’espace blanc lorsque j’utilise un carnet de style portrait (format vertical) qu’en format paysage (format horizontal) .

Un autre point important à prendre en compte est la différence entre la couverture rigide et souple.
Personnellement, j’aime utiliser un carnet à couverture rigide, car il est beaucoup plus facile à manipuler sur place et je n’ai pas besoin de le poser sur mes genoux ou sur une table.
De plus, je peux souvent tenir un carnet de dessin à la verticale en m’asseyant ainsi je n’ai pas besoin de trop déplacer mon regard entre mon sujet de dessin et mon carnet.

©Danny Hawk-

Enfin, il y a le sujet du poids et de la texture du papier. 
Comme dans mon carnet je ne fais pas que dessiner, mais je peins aussi, j’ai besoin d’un carnet polyvalent, facile à dessiner et suffisamment solide pour travailler à l’aquarelle.

D’après mon expérience, cela signifie que tout carnet doit avoir au moins 200 g/m², car si le poids est inférieur, les pages gonflent et se déforment. La texture du papier doit également être suffisamment lisse pour que le dessin soit facile, surtout si vous êtes comme moi et que vous utilisez des stylos plume avec une plume extra fine. 

Comme je considère mes carnets comme une sorte de journal visuel et que j’aime dessiner dans l’ordre chronologique, il est particulièrement important pour moi d’avoir un carnet qui supporte bien l’encre et l’aquarelle sur les deux faces du papier.

©Danny Hawk-

Les Conclusions de Danny

En conclusion, quel est le type de carnet que j’aime utiliser actuellement? 
En ce moment, j’utilise un carnet d’aquarelle Hahnemühle en format A5 et en format portrait pour mes dessins urbains.
J’aime également utiliser le carnet ZigZag de Hahnemühle, qui est un carnet de dessins en accordéon pouvant être plié en plusieurs pages. Pour des dessins plus rapides ou même pour des expériences sur le terrain, je dispose de carnets moins chers, dont certains sont reliés en spirale comme les carnets Canson Mix Media.
Tous ces carnets ont une texture facile à dessiner, supportant bien la peinture à l’aquarelle sur les deux faces, et s’intègrent aussi parfaitement dans mon sac de dessins urbain ! 

Bien sûr, je teste toujours de nouveaux carnets et mon choix est une question de goût et de préférence personnelle.

Cependant, en vous posant des questions importantes sur la taille, le format, le poids du papier et la texture, vous trouverez beaucoup plus facilement un carnet qui réponde à vos besoins et – plus important encore – qui soit amusant à dessiner et à peindre !

Danny est sur:

Instagram @dannyjhawk cliquez ici

SITE web www.dannyjhawk.com cliquez ici

Chaîne YouTube cliquez ici

©Danny Hawk-

Merci de nous raconter VOS expériences ci-dessous dans les commentaires. C’est en partageant que l’on apprend.

Découvrez les conseils des autres dessinateurs
CLIQUEZ ICI

Important :
N’hésitez pas à pendre quelques minutes pour mettre des commentaires sous les interviews, car les artistes qui ont répondu à mes questions ont pris beaucoup de temps pour répondre afin de vous apporter un maximum d’inspiration.

MERCI



Danny’s interview in English

Danny Hawk’s interview
in English

©Danny Hawk-

Danny’s experiences :
Travel diary, a visual diary

Finding the right sketchbook is not always the easiest task. There are a lot of questions to ask, especially if you do a lot of urban sketching like me. Do I want a sketchbook that holds paint well? Do I want a book that fits into a small bag? Do I want something that’s big enough for panorama sketches? Or do I want a sketchbook that makes it easy to do thumbnail sketches?

All of these are questions that I take into consideration when selecting the right sketchbook. 

©Danny Hawk-

Let’s start first with the topic of size.
When I first started urban sketching a few years ago, I was tempted to bring a large A4 sketchbook with me. While I loved having big pages and a large sketchbook full of drawings to showcase, I quickly realized that this wasn’t the best size for me.

As an artist who focuses a lot on details and does relatively intricate drawings – even on location – I learned that, in my case, less is more. Over time, I actually downsized my sketchbook size and now rarely sketch in anything larger than A5.

This has the benefit of me being able to finish intricate drawings on location. And if I’m feeling particularly motivated or have enough time, I can also do a two-page spread, which in an A5-size sketchbook only ends up being A4. 

©Danny Hawk-

The next question to contemplate is format.
For me, I focus a lot on architecture, so it only makes sense to go with a portrait style sketchbook. Here, I have a page layout that is particularly practical for buildings, towers and trees, but I can also do a sketch in landscape format if I draw on both pages of a portrait style sketchbook opened up. I’ve also found that having a portrait style sketchbook often forces me to think more about my subject matter and the focus of my sketch, since I’m confined to one vertical area.

In fact, I noticed that I experiment much more with layout and white space when using a portrait sketchbook in vertical format than a landscape one.

©Danny Hawk-

Another important consideration to make is hardcover versus software.
I personally like to go with a hardcover sketchbook, since it’s much easier to handle on location and I don’t have to consistently prop it up with my lap or set it down on a table. Moreover, I can often hold a hardcover sketchbook vertically while sitting down and then don’t have to shift my eye line too much between my drawing subject and my sketchbook.

©Danny Hawk-

Last but not least is the topic of paper weight and texture.
Since I don’t only draw in a sketchbook but also paint in it, I need pages that are easy to sketch on and also sturdy enough to handle watercolor. From my experience, this means that any sketchbook needs to have at least 200 gsm, since anything less than that will cause the pages to swell and buckle. The paper texture also needs to be smooth enough that drawing is easy, especially if you’re like me and use fountain pens with an extra fine nib. Since I view my sketchbooks as a type of visual diary and like to draw in chronological order, it’s especially important to me that I have a sketchbook that handles both ink and watercolor well on both sides of the paper.

©Danny Hawk-

Danny’s Conclusions

So having said all that, what sketchbooks do I currently like to use?
At the moment, I use a Hahnemühle Watercolor Sketchbook in size A5 and portrait format for my urban sketches.
I also like to use Hahnemühle’s ZigZag Book, which is an accordion style sketchbook that can be folded out into multiple pages.
For faster sketches or even experimenting on location, I carry cheaper sketchbooks, some of which are spiral bound like the Canson Mix Media books.
All of these sketchbooks have a texture that is easy to draw on, handle watercolor paints well on both sides, and also fit nicely into my urban sketching bag! 

Of course, I’m always testing out new sketchbooks, and the right sketchbook often is a question of personal taste and preference.
However, by asking yourself importance questions about size, format, paper weight and texture, you’ll find it much easier to find a sketchbook that suits your needs and – more importantly – is fun to draw and paint in!

Danny is on:
Instagram > @dannyjhawk
Web SITE www.dannyjhawk.com
YouTube channel click here


Please tell us YOUR experiences in the comments below. It is by sharing that we learn.

4 Comments on Dessiner un carnet de voyages | Conseils pratiques de Danny Hawk

  1. merci Renata pour cet interview de Danny très intéressant. Ce fut une belle découverte pour moi et très inspirante, notamment la forme de ces dessins pas toujours à angle droit.

  2. Merci Renata pour cette rencontre avec Danny Hawk en anglais puis en allemand.
    Il explique très bien sa façon de dessiner des arbres. Il partage son savoir-faire.
    Je vais regarder d’autres vidéos de lui.

  3. Merci Renata de nous faire découvrir Danny Hawk.
    J’aime beaucoup certaines de ses mises en pages ainsi que l’idee de faire uniquement les contours des personnages. Ses dessins sont superbes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.