Comme avec l’interview de Liz Steel, je souhaite vous présenter une série d’interviews de dessinateurs et d’illustrateurs. Le but est de vous inviter à vous laisser vous « inspirer » par leurs expériences et peut-être ainsi poursuivre vos rêves.

Aujourd’hui je voudrais partager avec vous ma petite conversation avec Agnès, une urban sketcher parisienne.

20170322-AuxCerisesdeLutèce-11

Je connais Agnès depuis qu’elle a rejoint mon groupe Facebook ATELIERS CRÉATIFS fin 2015. Au fil du temps j’ai suivi un peu sa vie car Agnès dessine au fur et à mesure ce qu’elle vit, elle dessine une sorte de Carnet de Voyage de son voyage de la vie : Carnet de Vie.

Depuis on a sympathisé et j’ai demandé à Agnès si elle voulait bien répondre à mes questions pour vous présenter l’exemple de quelqu’un qui dessine comme passe-temps et qui ne vit pas de son art.

Bonjour Agnès !

Merci d’avoir accepté cette invitation pour partager ton expérience avec mes lecteurs du blog.

Merci Renata de me faire l’honneur de m’interviewer, je suis très flattée, surtout après ton interview de la grande Liz Steel.

Pour commencer je voudrais que tu nous racontes depuis quand dessines-tu et pourquoi dessines-tu ?

C’est une bonne question ! En fait, quand j’étais gamine, je dessinais beaucoup. Et puis un jour, mon père, à qui je montrais un petit portrait de moi bébé que je venais de faire d’après une photo, m’a dit « Ça te sert à quoi de faire ça ? ». Arghhh. Ça m’a bloquée ensuite pendant longtemps. Adolescente, je continuais à dessiner dans mon coin, sans rien montrer à personne. Et puis plus rien.

1979.Ronds-(2)

Réalisé d’après photo, à 14 ans

Ensuite, j’étais une jeune femme mariée, heureuse, avec mes deux loupiots tout petits, quand mon chat est mort. Une petite chatte absolument adorable et aimante. Ça a été terrible. Etait-ce le facteur déclenchant ? J’étais en vacances à ce moment-là, et le village proposait un stage d’aquarelle. C’est comme si c’était une évidence, je ne sais pas l’expliquer, mais je devais y aller. C’était comme une bouée de sauvetage.

2002.08.13-Coquillages

Ma première aquarelle, d’après vrais modèles

J’ai suivi la semaine et me suis inscrite en rentrant dans un atelier de ma ville. Ils ne proposaient pas d’aquarelle, mais c’était important pour moi. Bien plus tard, alors que je montrais à ma mère des aquarelles que j’avais réalisées, mon père me dit : « Tu me la donnes ? » en parlant d’une nature morte que je venais de finir.

2004.06.23-2-Petit-dej-2

D’après vrai petit déj (j’aime les petits déj)

Il a fallu pratiquement 30 ans entre ces 2 histoires pour me réconcilier avec le dessin ! Je ne me suis plus arrêtée ensuite ;-D

Comment travailles-tu, quel matériel utilises-tu ?

J’utilise très peu de matériel : seulement un Pilot. C’est vrai que c’est tentant parfois de sortir le crayon, c’est confortable, un peu comme un filet pour sauter dans le vide (*~*), mais utiliser le crayon, ça ne permet pas d’avancer librement, de progresser. Souvent, avec mon Pilot, je mets des traits où il ne faudrait pas, parce que je travaille de manière impulsive, sans penser au départ que j’allais ajouter un bonhomme à cet endroit-là, mais qu’importe ? Je rajoute le bonhomme, et tant pis pour le trait, c’est spontané.

J’aime aussi l’aquarelle. Au début, j’avais une belle palette, bien complète, pour quand je dessinais à la maison, et une autre, pour emmener avec moi en vacances. Et comme je n’aime pas m’encombrer, j’ai de plus en plus utilisé la palette de voyage, toute petite, et légère, même à la maison. J’ai remplacé certains godets par des couleurs qui me plaisaient plus, et maintenant, je n’utilise que celle-ci ! Quant aux pinceaux, c’est pareil : avant, j’avais de beaux pinceaux, jamais en poils d’animaux (impossible pour moi), mais beaux quand même. Et un pinceau à réservoir pour sortir. Maintenant, je n’utilise plus que le pinceau à réservoir, tellement pratique ! Donc voilà, mon matériel se résume à un pilot, une mini palette, et un pinceau à réservoir.

20170304.Matériel

Et un carnet, bien sûr ! Pas un Moleskine ou un carnet cher. Plutôt un petit carnet acheté au gré de mes pas. Toujours un A5. Je dessine à la suite dans le même carnet, comme ça, tous mes dessins se suivent, je vois la progression, comme les jours qui se suivent dans une vie. Puis quand le carnet est terminé, j’en achète un autre (j’achète le suivant avant de terminer, bien sûr, impossible de rester sans support pour dessiner !).

Comment es-tu arrivée au choix du sujet « Carnet de Vie » ? 

J’ai longtemps tenu un cahier dans lequel j’écrivais. Enfin, le carnet est devenu ordinateur, car il faut le reconnaître, on écrit plus facilement (et plus vite) avec un clavier. Puis un jour, j’ai réalisé que ça me prenait beaucoup de temps. Et que je n’en avais peut-être plus besoin ? Quand je me suis remise à dessiner, je faisais beaucoup de carnets de voyages, ou en tout cas d’avantage pendant mes vacances (bien que quand on part en famille, c’est difficile de dire aux autres « allez-y, je reste là pour dessiner !« ). Aujourd’hui, c’est comme un carnet de voyage de tous les jours, comme si chaque jour il se passait quelque chose qui mérite de le faire exister encore à travers un dessin. Je vais voir un film qui me marque, une pièce de théâtre ? Je dessine l’acteur principal, une scène marquante. Une dégustation de vin ? Je décolle les étiquettes des bouteilles pour les coller dans mon carnet. Je m’installe dans un café pour boire un thé ? J’immortalise le moment de plénitude en dessinant l’endroit. J’adore les bistrots, et je les choisis toujours en fonction de ce que je vais y dessiner. Sans compter évidemment les vacances, les voyages… qui sont autant de découvertes et de rencontres, que j’adore aussi !

20170315-CinéPaula

Dessiné après avoir vu le film « Paula » 

Ayant un travail à temps complet, comment t’organises-tu pour trouver du temps pour dessiner ?

Oui, tu as raison, c’est là que ça se complique ! Outre les corvées ménagères (courses, repas, ménage…), il y a aussi les enfants… car même s’ils sont grands, ils ont toujours besoin de moi ! Et puis je fais aussi d’autres activités (du yoga de manière intensive, je sors pas mal, j’apprends l’italien…). Mais en réalité, j’ai la chance de ne pas travailler le mercredi. Donc je trouve des « fenêtres » dans la semaine pour dessiner : le mercredi, le week-end, et aussi le soir, après le dîner, quand la maison est calme, et que tout est en ordre.

Depuis quand dessines-tu en public ? 

Dans un café ou resto, tu t’y prends comment et quand tu dessines une scène de rue, par où commences-tu ?

Je dessine dehors depuis longtemps, je ne saurais dire quand exactement… Je n’ai pas commencé par les cafés et les restos, je pense que j’ai dû commencer par les trains, les aéroports, les avions… Là où il y a beaucoup de monde, pour passer inaperçue. Ou bien des parcs, avec personne dehors. Au début, je m’installais systématiquement contre un mur, de façon que personne ne puisse passer derrière moi et me regarde dessiner, quitte à ne pas choisir le point de vue idéal. Maintenant, je choisis mon angle. Je n’ai pas de stratégie particulière, c’est plutôt au feeling. J’aime les endroits calmes (pas de musique assourdissante ou trop de monde, il faut que ça soit cosy), avec de la couleur… ou pas ;-D Bien souvent, personne ne regarde, les gens sont absorbés par leur livre, leur téléphone, les gens avec qui ils sont, leurs pensées… c’est bien moins éprouvant qu’on ne s’imagine…

2011-Croquis-(7)

Et puis un jour, je me suis installée au soleil, à la terrasse d’un café, face à une jolie entrée du parc du Luxembourg. Puis un groupe d’allemands est venu s’installer, en famille. Je pensais qu’ils ne faisaient pas attention à moi, toute concentrée que j’étais, et puis j’ai entendu un « Wunderbach ! » ***, qui m’était adressé ! Voilà en réalité ce qu’il se passe quand on dessine dehors : souvent les gens passent sans voir, ou sans s’arrêter, et puis parfois, il y a de jolies surprises, des compliments qu’on n’attendait pas… de belles rencontres.

*** Wunderbar

À quoi ressemble ton processus créatif ?

Comment je m’y prends pour dessiner ? D’abord je choisis mon sujet, ou mon endroit. Par exemple, j’adore dessiner les restos, les bistrots, ceux où il y a une âme, où il se passe quelque chose. Il faut que l’endroit me plaise, que je m’y sente bien. C’est assez rapide comme sensation : en un clin d’œil, je sais si je m’y sens bien–ou pas. Alors, je cherche un angle de vue. Avant, je m’installais plutôt contre un mur, pour ne pas être dérangée, pour ne pas être vue, quitte à ne pas choisir le bon angle. Et maintenant, je m’en fiche, et c’est l’angle qui prime, dans la mesure du possible, évidemment.

20170322-Aux-Cerises-de-Lutèce-8

Par exemple, j’avais déjà repéré cette petite boutique resto-brocante-bijoux, et je savais que j’allais y revenir avec mon carnet. De suite elle m’a plue : ambiance cosy, on s’y sent bien, on a envie d’y passer du temps. Immédiatement, je repère une petite table avec 2 fauteuils accueillants. Pas pour m’asseoir, mais pour les croquer ! Et voilà, mon sujet est choisi. Ne reste qu’à attaquer ;-D

20170322-AuxCerisesdeLutèce-2-images

Dans l’idéal, je sais qu’il faudrait, faire un petit croquis dans un coin de la feuille, histoire de choisir le cadrage, mais je suis très spontanée, et bien souvent, j’y vais direct, au feeling, plutôt en commençant pas le milieu de la page. En tout cas, je commence par le premier plan.

Là, je savais que j’avais peu de temps, parce qu’une habituée venait d’appeler pour réserver cette petite table bien sympathique… donc j’ai croqué rapidement avec mon Pilot et très vite attaqué la couleur. Et puis j’avais faim aussi… ;-D

Mais parfois je m’arrête au dessin, sans ajouter la couleur. Je n’ai pas de plan, c’est un peu comme ça vient…

As-tu trois petites astuces pour mes lecteurs ?

Je dirais que la première de toutes, c’est de se faire confiance. On a trop tendance à se dénigrer, à trouver ce qu’on fait jamais à la hauteur. C’est très humain, mais c’est aussi très décourageant. A quoi ça mène de se faire du mal ? Pas à grand-chose sinon se dévaloriser, se démotiver. Certes, on ne dessine pas que des chefs d’œuvre, mais est-ce vraiment ça qu’on veut réaliser, des chefs d’œuvre ? Je ne crois pas. Le plus important est de se faire plaisir !

agnes-letellier-instagram-page

Retrouvez Agnès sur Instagram carnets_d_agnes

Deuxième astuce, c’est de regarder. Voir les choses, les gens, les objets, avec grande attention. Car c’est en regardant attentivement qu’on voit bien que cette partie est plus foncée que cette autre, que cette ligne descend plutôt qu’elle ne monte. En effet souvent, on « croit » qu’elle monte, mais ce n’est pas réellement ce qu’on voit.

Enfin, je dirais qu’il faut oser ! Oser sortir de ses limites, oser remplacer le crayon par le stylo, oser se lancer dans un portrait alors qu’on ne s’en croit pas capable, oser dessiner dehors en se fichant du regard des autres… Il y a tellement de choses à faire dans la vie que si on ne se force pas un peu… on n’aura pas eu le temps de tout faire…

Finalement, je réalise en disant cela que ces astuces sont vraies en dessin, mais elles sont indispensables tout simplement dans la « vraie » vie ! Se faire confiance, regarder les autres avec attention, oser… de beaux principes de vie, que j’essaie d’appliquer tous les jours.

Ton style a-t-il changé à travers le temps et si oui. comment ?

Oui, mon style a changé ! Au début, je ne pouvais pas imaginer qu’on puisse faire autre chose que des tableaux très élaborés, très bien exécutés. Ensuite, j’ai découvert le « lâcher-prise », avec des peintures plus dans le mouillé, ou sans vraiment de dessin, partir directement à l’aquarelle, sans dessiner au préalable… Il y a 3 ans environ, j’ai commencé à dessiner sans crayon, directement au stylo, feutre ou plume. Et là, une révélation ! Je ne dessine plus que comme ça maintenant. Ça m’apporte beaucoup de liberté. Et c’est un style qui s’adapte parfaitement aux carnets de voyage…

Qu-est ce que tu trouves le plus difficile à dessiner? Comment tu te débrouilles pour le réussir?

Avant le défi des portraits, je ne dessinais pas de portrait. Et puis, grâce à toi Renata, j’ai relevé le défi #21 Jours Défi Portrait, jour après jour, au Pilot directement. Je suis même allée plus loin en reprenant chacun des portraits pour les refaire en couleurs.

Ensuite, il y a eu le défi de Marc Holmes et  Liz Steel : faire 100 personnages en 5 jours. Que j’ai relevé aussi. Chacun de ces deux défis m’ont énormément plus. Dessiner tous les jours ces portraits ou personnages, m’a beaucoup aidée à avoir plus d’aisance.

20170305-Défi-100People-40-(3)

Maintenant, j’aimerais d’arriver à saisir des mouvements ou des postures, pour dessiner rapidement les gens aux terrasses, dans la rue, ceux qui marchent ou qui changent de position alors que j’avais commencé à les croquer, avoir encore plus de spontanéité, de rapidité… 

As-tu déjà vendu des dessins ? As-tu un projet artistique pour l’avenir ?

Est-ce que tu as déjà pensé que peut être tu arrêtes ton travail pour essayer de vivre que du dessin ?

Un projet pour l’avenir ? Continuer à dessiner et me faire plaisir ! Et pourquoi pas un jour faire une expo à la mairie de mon arrondissement ? Mais il faudrait l’organiser, et ça aussi ça prend du temps.

M’arrêter de travailler pour me consacrer totalement au dessin ? C’est un peu irréaliste ! Car il faut bien manger, et mes enfants, à leur âge, mangent beaucoup ! Et puis j’aime mon boulot…Je pense que dessiner pour vendre ses tableaux doit créer une grosse pression, je ne veux surtout pas transformer mon plaisir en marchandising !

20170220.LesFillesEtLesGarçons

Penses-tu que tout le monde peut dessiner ? Quel serait ton/tes conseil/s pour commencer ou pour progresser ? 

Oui, je suis certaine que tout le monde peut dessiner. Si on reprend mes trois conseils, se faire confiance, regarder et oser, on a les premiers ingrédients indispensables.

Il faut aussi ajouter quatre autres choses toutes aussi importantes. D’abord de la motivation, car il n’y a que ce qu’on veut vraiment faire, qu’on arrive à faire vraiment. Ensuite de l’humilité, parce qu’on ne peut pas faire un chef d’œuvre dès la première fois, et qu’il faut se traiter avec gentillesse et douceur. Aussi de la patience, car, comme on dit, « Paris ne s’est pas fait en un jour » (les autres villes non plus d’ailleurs), ne pas se décourager. Aussi, je pense qu’il ne faut pas chercher à copier ce qui existe déjà, chacun a son style, sa « patte », et c’est parfait comme ça !

Enfin et surtout (j’ai gardé le meilleur pour la fin), du travail. Même si je n’aime pas le mot « travail » pour désigner le dessin, malgré tout c’est un terme générique pour dire qu’il faut sans cesse faire et refaire. C’est en reprenant par exemple tous les exercices de cadrage, perspective, portrait, plissé… j’en passe… en appliquant cet exercice à un sujet, un autre, puis un autre, et encore un autre… que tout à coup on se dit « Tiens, il est pas mal, celui-là ! ».

**********

MERCI AGNÈS POUR TES RÉPONSES !

 

Et vous, chers lecteurs, avez-vous aussi des questions à poser ?

Merci de me les écrire en bas dans les commentaires, Agnès et moi nous vous répondrons.

carnets_d_agnes

Je vous invite à voir plus sur le travail d’Agnès sur Instagram Carnets d’Agnes en cliquant ici et abonnez-vous comme cela vous allez pouvoir suivre ses dessins.

 

shaking-present  Un Cours de Dessin Offert  

Voilà, voilà,

Maintenant c’est à votre tour ;-)

AteliersCréatifs-Renata-bannière

Le sujet de l’Atelier Créatif de la semaine sera d’aller sur le compte Instagram d’Agnès en cliquant ici

agnes-letellier-instagram-page

  • 1 — Puis, regardez les dessins et les descriptions en texte.
  • 2 — Vous allez SVP relire la toute dernière réponse à ma question : Quel serait ton/tes conseil/s pour commencer ou pour progresser ? 
  • 3 — Maintenant je suppose que vous êtes super inspiré et vous allez dessiner votre dernière sortie : au théâtre, au cinéma, au restaurant, à la salle de sport, etc… Dessinez avec votre stylo,  plume, crayons de couleurs ou aquarelle (pas de gomme, pas de crayon à papier) et aidez vous de photos, des souvenirs, de découpes de journaux, …
  • 4 — Une fois fini, publiez votre dessin dans notre groupe privé Facebook ATELIERS CRÉATIFS


shaking-present  COURS DE DESSIN OFFERT  

Êtes-vous déjà inscrit ? Apprendre à Dessiner et s’Améliorer avec

Pinterset-boartd-horizontale
Souhaitez-vous recevoir des Astuce pour vous améliorer en dessin? Gratuitement en plus? C’est par ici.

35 comments on “Interview & Inspirations – Agnès, une Urban Sketcher parisienne”

  1. Merci Agnès pour ce témoignage, et bien sûr, Renata qui a permis tout cela. Dès ma première participation au groupe de dessin, J’ai été bluffée par tes dessins, plein de légèreté, et d’assurance au niveau du trait et du choix des couleurs. Ils sont une source d’inspiration et c’est tout l’esprit de ce groupe. Ça donne envie d’y consacrer du temps et de s’y mettre régulièrement pour progresser. Ce que je trouve génial dans le dessin, c’est de pouvoir coucher sur le papier des moments figés, des paysages, es scènes de la vie, et tout cela de façon inédite, unique et spontanée. Merci pour ce partage….

    • Merci Nathalie, c’est exactement ça ! Mieux qu’une photo qui est instantanée, la peinture, le dessin, permet de figer des instants magiques, mais d’une façon plus profonde, plus intense… et c’est ce qui me plait :-)

  2. Merci pour ce magnifique témoignage passionnant et encourageant. Le dessin est vraiment magique.Moi il me permet d’avancer, il faut juste que j’arrive à trouver du temps pour moi et canaliser ma super énergie car tout me passionne, je suis un vrai papillon; Et dire qu’au début je me trouvais nul en dessin je me suis étonnée moi même et c’est grâce à Rénata, elle nous motive et à toujours de merveilleuses idées de défi.Merci encore à toi Rénata pour ta gentillesse .

    • Merci Alix Isabelle, c’est très gentille ;-)
      Je suis ravie et très fière de mes lecteurs quand j’entend qu’ils progressent grâce à leur motivation, c’est superbe

    • Merci alix isabelle, tu sais moi aussi je suis une passionnée et l’idée est de savoir ce qui mérite qu’on lui consacre du temps… et moi j’ai choisi (entre autre) : le dessin ! Et quand on a décidé de s’y consacrer, le temps, on le trouve :-)
      Moi aussi je remercie Renata au passage… :-)

  3. Je. suis inscrite à la formation « carnet de voyage…  » et je suis en admiration devant tes dessins. Je me disais bien que tu étais pas une  » débutante  » Superbe interview .. Merci à toi et merci à Renata. Vos conseils sont précieux pour moi. A bientôt .

    • Merci Elisabeth pour ton message. Effectivement Agnès n’est plus une débutante car comme tu as pu le lire, a un moment donné elle s’est dit: »j’y vais » !
      Comme vous tous dans la formation vous faites de progrès tous les jours et … vous n’êtes plus de débutantes non plus.

      ET… après… il y a plein de niveau et surtout plein de sujets où l’on se débrouille un chouilla plus que dans d’autres…
      Tout est une question de pratique et plaisir.

      Merci à toi

  4. Merci à vous deux pour cet article passionnant et encourageant ! Les trois astuces me « parlent » ;) Se faire confiance oui c’est tout à fait vrai et cela vient avec le travail qui se répète. Regarder : c’est sûr c’est incontournable et pour moi je trouve que c’est une forme de méditation ;) Oser, j’en suis là et je progresse à petit pas. Tiens j’ai envie d’aller dessiner ce que je vois de mon balcon et j’y cours de ce pas ! Merci beaucoup à toi Agnès et à toi Renata ! Joyeuses Pâques ;)

  5. Merci beaucoup Agnès et Renata pour cette interview très inspirante ! Ca donne envie de continuer à dessiner pour le plaisir et l’équilibre que cela nous procure, sans écouter les petites voix moqueuses (le petit diablotin…),les critiques ou remarques blessantes de l’entourage, la peur de ne pas y arriver, les blocages en tous genre…. coup de balai sur tout ca, ton témoignage nous incite à relever les défis, prendre la vie du bon côté (côté dessin bien entendu !) Et à nous laisser inspirer par les petites choses de tous les jours ! Merci aussi de nous avoir permis de mieux te connaître et de nous donner confiance dans nos capacités grâce à ton exemple ! A bientôt avec plein d’autres dessins ! =^.^=

    • Tu as bien raison Mireille, à bas les diablotins de tout poil et lançons-nous librement :-). C’est grâce à Renata que je me suis livrée, en toute confiance… A très bientôt évidemment :-)

  6. Recoucou Agnès,

    j’ai oublié de te dire l’essentiel : j’ai adoré ton rendu du film de Paula que je n’ai toujours pas vu mais qui m’attire beaucoup car j’ai été voir son expo l’été dernier à Paris.
    Bonne continuation !

    • Ah oui, je pense que tu ne le trouveras plus en salle (ce genre de film ne reste pas longtemps à l’affiche), mais tu peux le voir sûrement sur internet ? Merci Sophie.

  7. Bravo Agnès pour ton témoignage qui est très encourageant pour tous ceux qui hésitent encore à dessiner car ils se sentent bourrés de complexes et manquent de confiance. Tout d’abord, dessiner c’est se faire plaisir, vivre une parenthèse, créer un dialogue entre vous deux par le biais du bic, du Pilot et le plus important est aussi de prendre le temps d’observer pour avoir plus de chances d’atteindre le résultat souhaité. Félicitations à Renata également qui est une intervieweuse hors pair auprès d’artistes.. Elle sait poser les questions les plus pertinentes qui nous apportent à nous dessinatrices amateur plein de réponses à nos interrogations. Je suis comme toi Agnès la plus grande difficulté que je rencontre, c’est de saisir des postures, des gens en mouvement car je ne suis pas assez rapide pour saisir les mouvements corporels alors que je rêverai de dessiner des danseuses en pleine répétition ou sur scène. Peut être que Renata a des astuces à nous proposer dans sa formation.
    Joyeuses Pâques à toutes les deux !

    • Merci Sophie, et tant mieux si mon témoignage permet de faire regagner la confiance. Tu as raison, Renata est une intervieweuse (on dit comme ça ?) hors pair :-)… Et ‘inquiète pas pour les postures, on y arrivera :-) j’ai hâte que tu nous montres tes danseuses en mouvement…

  8. Depuis le début de ma formation j’admire les dessins d’Agnès. Je retiens surtout les conseils : persévérer et peu de matériel. J’essaie dès aujourd’hui car depuis le début j’ai envie de plus de spontanéité. Je me suis inscrite sur Instagram, mais c’est bien pour toi, Agnès, je ne suis pas fan de tous ces réseaux ! Merci à toi et à Renata.

    • Tu sais, moi non plus je ne suis pas fan de ces réseaux, mais il faut reconnaître qu’ils sont bien utiles pour partager ! En tout cas merci Catherine, ça me touche.

    • Merci Catherine pour tes lignes.

      Je comprends pour les réseaux, il faut dut temps pour suivre… Instagram est assez facile pour aller voir des dessins ou juste les sites d’Agnès
      et le miens ;-) hé hé

  9. Très, très beaux dessins, et une personnalité. Oui, ce sont des années de travail, et le résultat est la plus belle récompense. Bravo, Agnès. Très motivant.

  10. Peut-être que, finalement, le plus difficile c’est d’oser……….. être soi sans s’occuper du regard des autres

  11. Agnès a raison…Tout le monde peut dessiner et c’est ça, la beauté du dessin mais les gens ne le savent pas. il suffit de se jeter à l’eau et d’aller doucement, de bien regarder et petit à petit, on arrive à faire des merveilles. Il y a des aptitudes plus ou moins développées au départ, une personne y arrivera plus vite que l’autre mais au final, tout le monde y arrivera.Merci pour ce bel article qui rejoint ce que je pense.Merci également Renata pour ton optimisme ta gentillesse Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *